La sélection de la rédaction #12

par wagonlit

Avant de te lancer à corps perdu dans le jardin de tes parents, filant des coups de coudes à ton petit frère au passage, pour trouver tous les Kinder Surprises planqués dans les plantes et autres arrosoirs, un peu de lecture ne fait pas de mal. Au programme : nature, chasse, foot, politique, sondage. Que du bon.

On refait le match

David Ginola est triste, son honneur ne pourra pas être lavé. Rappel des faits : en 1993, lors d’un match censé offrir leur ticket pour la Coupe du Monde 94 à l’Équipe de France, Gino lâche un centre tout moisi qui permet à l’adversaire, la Bulgarie, de taper la contre-attaque, foutre un but, gagner le match, la qualification, et virer les Bleus du même coup. Depuis cette époque, Gérard Houiller prend David Ginola pour un con, à tel point que ce dernier lui a intenté un procès. Procès infructueux, puisque le tribunal a retenu des nullités dans les citations que Gino fait du bouquin dans lequel apparaît Gégé. Match nul, donc. Balle au centre.

Descoings et des cons

Le 3 avril dernier, Richard Descoings, dernier patron de Sciences Po, a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel à New York. L’autopsie n’avait pas eu le temps de déterminer les circonstances exactes du décès que déjà, partout en France, les réactions fusaient. De l’attention émue de MM Sarkozy et Hollande à l’exercice de remue-merde journalistique, en passant par l’ignominie la plus débile, rien n’a été épargné. Ce qu’on retiendra, j’espère, c’est que R. Descoings a œuvré longtemps pour l’égalité des chances, en ouvrant notamment son établissement aux ZEP. Parce que dans le contexte politique actuel, c’est pas rien.

L’appel de la forêt

John Anthony Gillis étant un mec que, n’ayons pas peur des mots, j’admire, je pensais parler du nouveau clip (dément) de son morceau Sixteen Saltines. Mais ces connards d’enfoirés de mecs de Brain m’ont coupé l’herbe sous le pied, et je ne pouvais pas me permettre de passer après une bande de hipsters idiots et parisiens (humour : c’est ce que je fais tout le temps). À la place, et ce grâce à Luc, je te file un bon conseil cinoche pour ce week-end de Pâques : The Woman, de Luky McKee. Ça date de l’année dernière, certes, mais c’est très bon et ça se laisse regarder, en plus de porter une réflexion sur le rapport humain/inhumain bien foutue. Sur toutes les bonnes plateformes de téléchargement.

http://www.madame-irma.com

À l’heure de la génération texto pendant laquelle certains pensent (à raison) la campagne présidentielle ne se joue pas sur le web, deux types malins affiliés à Politique.com proposent un questionnaire qui te permettra de savoir pour qui voter dans quelques jours. C’est long, c’est très long même, mais c’est bien fourni. Bien sûr, il faut relativiser ; c’est un peu comme envoyer LOVE au 83232 : ça n’apporte pas de vraies réponses. Mais ça a le mérite de pointer certaines propositions qui sont incompréhensibles pour le commun des mortels dont toi et moi faisons partie.

Le test ici

On a frôlé la catastrophe

Jeudi, la centrale nucléaire de Penly a eu chaud. Un incendie s’est déclaré, entraînant une fuite d’eaux radioactives et l’arrêt du réacteur. On en est resté là mais ça aurait pu être pire. Les écolos en profitent pour monter au créneau sur la question du nucléaire. J’ai comme un pressentiment : le débat est loin d’être fermé.

Jacques Leblanc

Publicités